Vikings : La genèse

La genèse

Intéressons nous à leurs ancêtres ? D’où viennent t ils ?

Les trouvailles archéologiques des périodes les plus lointaines sont rares et nous devons donc penser logiquement selon le peu de choses attestées qui nous est donnés.

Prenons le chemin de la dernière âge de glaciation vers l'âge viking.

Carte de l'Europe lors de la dernière glaciation, la Scandinavie et le nord des pays Baltes sont recouverts de glace, les populations sont donc plus au sud, les régions qui couvrent le sud de l'Angleterre en passant par la Belgique, Pays-Bas et sud de l'Allemagne sont alors les terres accueillantes les premières traces de cultures connues

Découvert récemment au large de la côte du comté de Norfolk (Royaume Uni), une forêt préhistorique de plusieurs milliers d’hectares engloutie, atteste l’existence au Mésolithique d’une terre émergée occupant une grande partie de l’actuelle Mer du Nord : une terre jusque là inconnue, depuis 2007 des archéologues environnementaux et géologues travaillent à en dessiner les contours.

Baptisé le Doggerland nom issu du (Doggerbank) enclavé entre les côtes danoises et écossaises qui est une preuve résiduelle. Mais pourquoi remonter aussi loin dans le passé pour trouver les ancêtres des scandinaves (ou des hommes du nord de toute l'Europe) et bien simplement parce qu'ils sont tous à la limite de la calotte glacière qui forme une barrière physique, et les côtes ne sont pas celles que nous connaissons.

Les terres du Doggerland coïncident avec la dernière glaciation qui a fait baisser les eaux d’environ 120 mètres plus bas aujourd’hui il y a environ 20.000 ans.

L’Europe du Nord à alors un autre visage, les îles britanniques et l’Irlande sont reliés à la Bretagne et au Danemark et l’actuelle mer Baltique font parties du continent Européen.

De vastes plaines de basse altitude, avec des collines, des marais et des lagunes. Les fleuves du Rhin et de la Tamise se rejoignent pour se déverser vers le sud ouest (environs à 100 kilomètres à l’ouest de la pointe actuelle de la Bretagne). Les lits de ces fleuves sont identiques à ceux de nos jours jusqu’à nos frontières actuelles avec la mer, ils se rejoignent dans la vallée qui passe entre l’actuelle Grande-Bretagne et la France. Cela a été cartographié par le grand nombre de données de recherches pétrolières.

Dick Mol et Jan Glimmerveen paléontologues hollandais cumulent des os d’animaux portant les stigmates d’un dépeçage, des outils en os, en bois de cerf et une hache ornée d’un motif en zigzag et le plus important une mâchoire humaine.

On peut imaginer que comme à l’heure actuelle la grande partie des territoires habités sont situés le long des fleuves et des côtes, les peuples vivants de la pêches et de la chasse sont proches des parties traversées par ces eaux qui abreuvent les troupeaux et qui fournissent le poissons et autres avantages. Vincent Gaffney, de l’université de Birmingham, au National Geographic en fait d’ailleur une évidence.

Le géophysicien Richard Bates va plus loin en disant que le Doggerland est le véritable foyer de l’Europe avant que le niveau de la mer ne monte, et cela pendant l’exposition de la Société Royale des Sciences de Londres en juillet 2012 en collaboration avec les universités de Sint-Andrews, de Dundee et d’Aberdeen.

À la fin du Mésolithique les traces d’une culture de la pêche très avancée retrouvées lors des fouilles menées en eaux peu profondes au large d’une île danoise de la Baltique

ainsi qu’à Goldcliff (pays de Galles) et dans la baie de Wismar (côte balte allemande), à l'estuaire du fleuve Severn de nombreux campements ont été trouvés.

En 2007, IBM Visual and Spatial Technology Center de l’Université de Birmingham dresse et localise de nombreux emplacements de peuplements sur la carte du Doggerland.

Vidéo "extrait du journal télévisé RTBF" consacré à l'expédition du Belgica (bateau scientifique) pour l'exploration du Doggerland.

Les cartes qui suivent donnent une idée des terres qui apparaissent peu à peu au fur et a mesure de dégèle.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Scandinavie
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Scandinavie
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Scandinavie

Les territoires sont alors foulés par les peuples qui sont connus comme les représentants de la culture Bromme, le Danemark actuel et les rives sud de la mer Baltique.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Culture_de_Bromme

La culture de Bromme, encore paléolithique (10000–8400 av. J.-C.) ne demeuraient que de manière saisonnière dans la région, chassaient encore dans la toundra l'élan, le cheval, le sanglier et le renne. Suivent les Maglemosiens (8400–6000 av. J.-C.), puis les Kongemosiens (6000–5200 av. J.-C.). Ceux-ci ont une alimentation plus variée, ils consomment également des baies, des noix, du poisson, des crustacés, des oiseaux et des racines. La dernière culture mésolithique, la culture d'Ertebølle (5200–4000 av. J.-C.), caractérisée par des amoncellements de coquilles, a laissé des traces dans le Jutland. Elle a laissé sa place à la culture dite des vases à entonnoir, néolithique, la première à pratiquer l'agriculture (aux alentours de -3900).

Théorie sur le mélange culturel et génétique des peuples scandinaves

A mesure de la fonte des glaciers, la mer du nord remplace cette immense plaine laissant apparaître des terres plates du Danemark au sud de la Suède, ce réchauffement est dû à deux événements connus sous les noms de Bølling et Allerød, le niveau de la mer monte de 35 m assez soudainement à l'échelle du temps. La découverte de terres nouvelles font naitre trois migrations humaines, l’une du Doggerland, l’autre du plateau Germano-polonais , la dernières des terres plus au nord-est ces mélanges culturels forment une entite génétique, mélange des cultures Ahrensbourgienne, du doggerland, Maglemosienne et Fosna/Hensdaka (chasseurs, ceuilleurs, pêcheurs). Tous ces événements climatiques coïncident également avec l'extinction du mammouth et d'autres mégafaunes, ces peuples sont donc incités à exploiter d'autres formes de subsistance qui comprenaient les ressources maritimes, ainsi que l’initiation à l’agriculture qui découle simplement à la sédentarité (meilleur climat, peu de forêts, troupeaux de rennes à disposition).

Cette théorie découle des constatations basées sur les preuves déjà connues (temporelle, régionale), ainsi que les nouvelles découvertes sur le Doggerland.

Des populations existantes au nord de l'Europe dans les plaine germano-polonaise comme par exemple les hommes et femmes appartenant à la culture Ahrensburg

Source Wikipédia

Source Wikipédia

Dans un environnement comme la Norvège, des termes tels que “Âge de pierre”, “Âge du bronze” et “Âge de Fer" n’a guère de signification réelle, car les dimensions du temps et de l’espace se chevauchent.

La chasse et la pêche au mésolithique (âge de pierre moyen) se sont poursuivies pour les futurs scandinaves aux côtés du néolithique pour les peuplades plus au Sud, l'agriculture et le pâturage, de même que l'utilisation d'outils en pierre qui a continué longtemps après la première introduction du métal en Norvège. Puisque le pays manquait à la fois de cuivre et d'étain nécessaire à la fabrication du bronze, l'âge du bronze en Norvège se caractérise par une rareté relative des découvertes. Bien qu'une refonte d'objets en bronze ait été effectuée en Norvège, comme en témoigne la découverte de moules en pierre, tous les matériaux devaient être importés, généralement d’une distance considérable.

L’ADN

Une étude internationale faites sur 7 squelettes vieux de 9000 ans et combiné avec le modèle climatique a eu comme résultat, que l’on peut établir deux flux migratoires une venu du Danemark, Allemagne, Pologne (plateau Germano-Polonais) le second de Norvège et de l’est, le patrimoine génétique était donc très divers, l’étude a révélé également des aptitudes génétiques propres ainsi que des gênes codants.

Les scandinaves ont des particularités comme une adaptation au froid et au manque de lumière, des variations de pigmentation de la peau et des cheveux, de ce fait, il y avait déjà à cette époque une forte diversité dans le type de peau, cheveux et yeux, blonds ou roux, yeux marrons à la peau mate, brun au yeux clairs, la peau blanche avec yeux et cheveux foncés, mais bien significative d’une identité de métissage, toutes les combinaisons sont possibles, d’autres gênes plus métaboliques comme des caractéristiques cardiovasculaires (cœur plus gros), une haute tolérance au lactose et un développement de l’enfant plus rapide.

Tout ce qui est dit ci-dessus est prouvé par les recherches scientifiques.

A ce stade je me permets de souligner que ces études ne prennent pas encore en compte une troisième migrations celle des peuples du Doggerland, ce qui sera je crois significatif dans quelques années.

Ce PDF représente une ligne du temps comprenant les cultures connus qui subsistent pendant la période allant de -10000 à -5000 avant notre ère

Les populations ne changent pas beaucoup même si des métissages existent bien comme pour l'archer d'Amesbury ou la fille d’Egtved qui avaient parcourus plusieurs centaines de kilomètres par rapport à leurs lieux de naissances prouvent ainsi que des personnes voyageaient et vivaient loin de chez eux.

Puis les celtes firent partie des habitants de l'Europe toute entière qui devenant sous le joug des invasions romaines des germains. Ces même germains qui sont à l'origine des scandinaves. Bien entendu, les siècles modèles les us et coutumes pour en arriver là.

L'âge du bronze danois

L’âge du bronze danois (daté par Montelius entre 1800 av. J.-C. et 500 av. J.-C.) ne commence que tardivement ; en effet, l'ensemble de la Scandinavie ne possédait pas, dans la période antérieure (de la culture de la céramique cordée à l'âge du bronze scandinave), les matières premières nécessaires à la production de l'alliage du bronze. L'âge du bronze danois aurait donc débuté avec l'ouverture commerciale de la Scandinavie au reste de l'Europe. Ces matières premières devaient être importées des îles Britanniques pour l'étain et des Alpes concernant le cuivre ; en outre, celles-ci devaient être probablement commercialisées contre de l’ambre ou d’autres biens (fourrures, peaux et animaux). Les témoignages archéologiques de cette culture s'étendent jusqu'en Estonie1.

Cette civilisation est généralement regardée comme la culture originelle des Germains, mais cette théorie fut remise en question notamment du lien entre Âge du bronze danois et culture de Jastorf. Elle marque la transition entre l'ère de la céramique cordée et la culture proto-germanique de l'âge du fer. La langue des peuples issus de cette culture est appelée proto-germanique.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%82ge_du_bronze_danois

La fille d'Egtved

Morte vers 1370 av. J.-C. à un âge compris entre 16 et 18 ans, dont le corps momifié a été retrouvé dans les environs d'Egtved, au Jutland.

La taille imposante du tumulus, plus de 20 mètres de diamètre, et les offrandes déposées dans la tombe, indiquent que la fille d'Egtved occupait une position sociale particulière. Plusieurs représentations de jeunes femmes de l'âge du bronze laissent supposer qu'elles jouaient un rôle religieux.

Les analyses au strontium, réalisées en 2015, ont révélés que le corps momifié n'était pas celui d'une autochtone du Jutland. Les analyses isotopiques des cheveux, des dents et des ongles de la jeune fille montrent en effet qu'elle était originaire du massif de la Forêt-Noire. Karin Margarita Frei a démontré par l'analyse des isotopes du strontium des cheveux les plus longs que la jeune femme n'est arrivée au Danemark que peu de temps avant sa mort, moins d'un mois avant son décès.

Ces analyses montrent également que la jeune femme avait beaucoup voyagé au cours des deux dernières années de sa vie, ayant fait 3 fois le trajet entre la Forêt-Noire et Egtved.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fille_d%27Egtved

Ce qui prouve que même à ces périodes les déplacements étaient fréquents et sur des très longues distances.

L'âge du fer germanique

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Danemark#:~:text=Les%20anc%C3%AAtres%20des%20Danois%20d,alentours%20de%20l'an%20500.

L’âge du fer germanique est une période comprise entre 400 et 800 apr. J.-C., qui commence au moment des déplacements de populations (invasions barbares), de la chute de l’Empire romain d’Occident et de la montée en puissance des « royaumes barbares » en Europe occidentale.

Les preuves de l'immigration celtique datent de cette période au Danemark et en beaucoup d'endroits de l'Europe du Nord-ouest, leur passage se reflétant dans certains noms de lieux les plus anciens. Des mobiliers et les emprunts techniques d'influence celtique prouve le mélange avec les populations déjà présentes mais étant à la lisière du monde Celte cette influence est moins forte que dans le centre de leur territoire. La culture de Jastorf du ive siècle av. J.-C. au ier siècle av. J.-C. attestée au Jutland et en Allemagne la plus septentrionale aurait joué par contre un rôle à la dimension de la Scandinavie pendant son épanouissement.


Chaudron de Gundestrup

Chaudron datant du Ier siècle av. J.-C. retrouvé en 1891 dans une tourbière du Jutland au Danemark.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chaudron_de_Gundestrup

Nous sommes donc arrivés a l'âge viking